En peinture, on parle de Clair-Obscur. Le maître en la matière était Rembrandt dont le travail est souvent qualifié de ‘suprême intelligence du clair-obscur’.

 

Le Clair-obscur c’est la répartition des ombres et des lumières sur une toile de peinture, de façon à ce que les couleurs les plus sombres se juxtaposent aux plus claires et produisent un effet de contraste très fort. Le rapport au jardin ? Aucun… Si ce n’est que l’on peut dessiner son jardin comme l’on pourrait envisager une toile ! Mais au jardin, même s’il paraît somme toute difficile de juxtaposer les parties lumineuses ou parties sombres, l’opération n’est pas pour autant complétement impossible. Le monde végétal est complexe même si la vie prend toujours le dessus et pousse des plantes à s’adapter. Pour être plus clair… Il existe des plantes d’ombre, des plantes de mi-ombre, et des plantes de soleil. Les plantes de soleil, entendez par-là ‘qui doivent recevoir impérativement le soleil de l’après-midi’, le soleil le plus chaud, sont les plus nombreuses. Les plantes de mi-ombres, elles, elles peuvent recevoir le soleil du matin qui n’est pas très brûlant, mais surtout pas celui de l’après-midi car trop chaud pour elles. Puis il y a les plantes d’ombre, elles ne sont pas nombreuses, ce sont les plantes qui poussent sous les arbres des forêts, elles, l’ombre ne leur font même pas peur. En respectant les besoins en termes d’exposition des végétaux, envisager un jardin comme un tableau de maître jouant avec le clair-obscur peut alors paraître réalisable. Et si en plus, pour vos arbustes de mi-ombre, vous optez pour des feuillages panachés de blanc, de crème ou de jaune, c’est le cas de certains houx, pervenches…, Alors, là, la notion de clair-obscur prend tout son sens ! Alors, ce coup-ci, c’est clair ? Ou ça reste toujours du côté obscur ?